Les 10 commandements du backpacker

30/01/2011 - Pays : Australie - Imprimer ce message

     A quelques jours de débuter mon trip autour de l'Australie à la découverte des merveilles, voici un article que j'ai trouvé sur Internet avant de partir de France cet été. Après l'avoir gardé bien au chaud durant tout ces mois, je pense qu'il est temps de le publier. Je le trouve assez drôle et réaliste...


     Un backpacker, sac sur le dos, traverse un pays à la recherche de paysages, de rencontres, d’expériences, de galères… Il est Konstantin d’Allemagne, Paul d’Angleterre, Nicolas de France, Chris des Usa, Eduardo d’Italie, il est l’un des milliers de jeunes qui partent chaque année en Australie dans le cadre du Working Holiday Visa.

Voici les 10 commandements qu’il suit au quotidien et que vous suivrez vous aussi si vous décidez de vivre l’expérience backpacker.

 

SUR TON HYGIÈNE, TU NE CHIPOTERAS PAS !

     Il n’est pas question de laisser aux gens le plaisir de penser que notre réputation de ''sales'' Français est justifiée. Cependant, il y a différents types de backpackers, ceux qui s’arrêtent chaque nuit dans une auberge de jeunesse et ceux qui vivent plus ''à la roots'' et qui dorment dans une tente, une voiture ou un van…
     Pour cette seconde catégorie, il est plus difficile de conserver une bonne hygiène, mais l’Australie est le pays des backpackers par excellence et sera par conséquent très bien adaptée à vos besoins. Douches et toilettes publiques gratuites sont présentes dans tous les endroits phares susceptibles d’être fréquentés par des voyageurs. Par moment, il faudra tout de même vous contenter d’une douche froide, voire de vous passer de douche tout court. En été, les rivières deviendront des douches naturelles et en hiver, les lingettes pour bébé, vos meilleures amies !
Oubliez, messieurs, vos rasages de près et vous mesdemoiselles, vos séances maquillage interminables et vos brushings irréprochables. Prendre une douche, par moment, tient déjà du miracle, vous en prendrez conscience et les savourerez comme jamais auparavant !

 

TON CONFORT, TU OUBLIERAS !

     Les nuits dans un lit douillet avec une couette moelleuse, la climatisation quand il fait chaud, le chauffage quand il fait froid, c’est terminé ! L’impression d’être chez soi, le choix de 10 épices pour cuisiner, la pile de magazines entassés sous la table basse, la connexion rapide à internet, oubliez ! Vous devrez vous contenter du temporaire, de l’instable, du minimum. Ça a son charme, vous verrez, de vivre ainsi, de ne rien avoir de superflu, de se limiter aux choses essentielles pour pouvoir faire des découvertes hors du commun. Les mois vont passer et il se peut que par moments, vous vous allongiez sur un lit dur comme du béton, dans cette auberge bruyante où le staff n’est pas sympa et que vous rêviez, le temps de quelques secondes, d’être dans votre appartement en France, dans votre chambre ou chez vos parents, de prendre une douche chaude, avec de la pression, d’avoir de l’intimité, du calme… Du confort en d’autres termes !

 

TON ARGENT, TU ÉCONOMISERAS !

     S’il est long à accumuler, l’argent est très facile à dilapider une fois sur la route des vacances ! Le porte-monnaie rempli, vous aurez tendance à dépenser un peu trop rapidement votre argent. Comme beaucoup, vous ferez une simulation de budget pour les prochains mois sans même réaliser que ce budget sera explosé à cause de ces fameux imprévus, de ces coups de tête, de ces petits plaisirs qui font que la vie de backpacker n’est pas qu’une suite insupportable de privations. S’il arrive que sur votre relevé de compte, votre solde passe de quatre à trois chiffres, voire de trois à deux, le moral en prendra un coup. Cependant pas question d’arrêter là votre aventure australienne, il vous faudra donc repartir à la recherche d’un job et économiser ! Pour mener à bien votre voyage, vos dépenses devront se faire rares, plus de nouveaux vêtements ni de restaurant digne de ce nom, surtout si vous prévoyez de faire un trip de plusieurs mois au cours duquel vous ne serez pas en mesure de travailler.
     C’est frustrant, décevant, épuisant, déprimant parfois, mais ces dollars économisés feront votre joie pour des choses qui en valent vraiment la peine. Un saut en parachute, qu’est-ce que vous en dites ?

 

DES JOBS ALIMENTAIRES, TU SAISIRAS !

     Comme leur nom l’indique, les jobs alimentaires vous permettront de manger… Pas question d’espérer gagner des milles et des cents et surtout pas question de faire ce job par réel plaisir. L’objectif n°1 ici est de survivre et d’économiser pour mieux repartir !
     Voici une liste non exhaustive de jobs possibles : femme/homme de ménage, serveur, barmaid et bien sûr fruit picker. Ces jobs, s’ils sont généralement faciles à trouver, sont en revanche assez ingrats et souvent moyennement payés. Mais en accumulant les heures, on peut espérer gagner correctement sa vie, mieux qu’avec un job 9h-17h d’ailleurs. De plus, ce sera souvent l’occasion de rencontrer des gens sympas, dans la même situation et le même état d’esprit que vous.

 

DES PÂTES POUR SEUL REPAS TU CONNAÎTRAS !

     Aaaah les pâtes ! À tout point de vue le repas idéal, facile et pas cher à préparer ! Quand on bouge tout le temps et donc qu’on atteint un certain degré de fatigue, il devient difficile de trouver la motivation de couper oignons, poivrons, tomates et autres aliments du genre en petits carrés et de patienter une vingtaine de minutes le temps que ça mijote… Non, non, casserole, pâtes et quelques minutes plus tard, c’est prêt ! 89¢ le paquet, comment résister ?

 

TON SAC À DOS, TU MAUDIRAS !

     Un sac à dos, ça a l’air gentil comme ça dans le magasin, on penserait même que c’est pratique, oui, mais après des mois passés à le trimballer d’une auberge à un bus, d’un bus à un aéroport, d’un aéroport à une navette, vous en aurez marre ! Votre fidèle compagnon de route est lourd, plein (n’envisagez même pas de glisser quelque chose de plus dans une quelconque poche), il représentera à vos yeux toute votre vie, tout ce que vous avez et transportez. En un mot, il est précieux. Il vous fera mal au dos et il vous donnera la stabilité d’un sumotori quand par malheur, vous ferez tomber quelque chose qu’il faudra à tout prix ramasser. Alors, pour le haïr un peu, mais pas trop, partez léger, de toute façon vous n’utiliserez pas la moitié de ce que vous prévoyez d’emmener !

 

LES LANGUES, TU PARLERAS !

     Généralement, si vous entreprenez ce genre de voyage, c’est en grande partie parce que vous souhaitez améliorer votre niveau d’anglais. La vie de backpacker est propice à cela, très propice même ! Non seulement car vous parlerez anglais avec tous les locaux que vous rencontrerez mais aussi parce que généralement, le seul moyen que vous aurez de communiquer avec les backpackers venus du monde entier sera de parler anglais. Préparez-vous un peu avant de partir pour ne pas rester de marbre face à toutes ces portes qui s’ouvriront à vous. La vie de backpacker, c’est aussi le moyen d’''hablar espanol'' et de ''sprechen deutsch'', ce qui est assez sympa pour qui aime les langues !

 

DES PAYSAGES INOUBLIABLES TU VERRAS !

     Ne dit-on pas que l’on garde le meilleur pour la fin ?! Ce huitième commandement ne s’intitule pas ''Des paysages inoubliables tu verras'' pour rien. Sydney avec son opéra, son Harbour Bridge, son Darling Harbour, son quartier des Rocks. La Tasmanie, Melbourne et son ambiance de Noël en plein mois de juillet, Cairns et la barrière de corail, la côte Est avec ses plages de sable blanc et ses eaux turquoises, la terre rouge de l’Outback avec la beauté de ses parcs nationaux, de sa faune, de sa flore. Sans oublier le voisin, la Nouvelle-Zélande qui nous offrira ses montagnes enneigées, ses lacs plus bleu que bleu et ses champs pleins de moutons. Voilà ! La vie de backpacker c’est ça ! C’est de l’émerveillement, du ''wow'' tous les jours, du dépaysement, de la variété, des photos à prendre… Et cette partie là, c’est sûr, vous l’aimerez ! Surtout ouvrez les yeux et profitez à fond !

 

DES RENCONTRES MAGIQUES, TU FERAS !

      À la ville, au travail, en auberge, en fruit picking, sur un bateau, dans un bus, sur internet, par hasard, vous rencontrerez des gens. Vous les croiserez, les recroiserez peut-être, ferez un bout de chemin, ne passerez qu’une soirée avec eux – une nuit peut-être – vous vivrez avec eux, ils vous emmèneront ici ou là en voiture, vous participerez aux frais d’essence, vous vous entendrez bien - ou pas -, vous vous direz que vous auriez aimé les connaître dans un autre contexte, vous n’aurez pas envie de les quitter, vous aurez envie de les revoir…
     Les reverrez-vous ? Ils vous manqueront, d’autres prendront leur place, vous les aimerez eux aussi et vous pleurerez. Ils seront votre voyage, ils seront des périodes de votre vie, des bons comme des mauvais moments. Ils ne seront qu’une image, ils représenteront un endroit, vous rappelleront une chanson, ils seront un bout de vous, une nouvelle mimique, une expression que vous répéterez à longueur de journée, vous regarderez par la fenêtre du bus en pensant à eux et vous voudrez, ne serait-ce que pour quelques minutes, vous replonger là où vous vous êtes connus, les regarder et leur dire que vous les adorez, car peut-être que cette fois sera votre dernière occasion de le faire, ces gens vivant aux quatre coins du monde, ces gens voyageant encore et toujours comme vous prévoyez de le faire vous aussi…

 

DÉBROUILLARD, TU DEVIENDRAS !

     Vous vivrez des choses similaires à celles que vous avez vécues en France. Oui, mais vous vous trouverez face à des difficultés aussi, à des choix, à des dangers peut-être et vous n’aurez pas d’autres possibilités que de trouver des solutions. Au début, vous aurez peut-être peur, vous serez indécis, pas sûr de vous, mais au fil des jours, des semaines, des mois, vous changerez. Certaines choses, nouvelles il y a encore peu, vous seront à présent familières et vous saurez les gérer à la perfection. On appelle ça l’expérience, la débrouillardise et vous serez content, après cette année, d’en avoir acquis.

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :